IMG_1196Une conférencière développe sur le plateau un discours sur les mutations de la guerre dans une analyse paranoïaque du terrorisme. Elle se dit à l’initiative d’une agence non-gouvernementale: la Public Paranoid Protection. Celle-ci a pour objectif de « Faire de l’imagination le principal outil de la sécurité ». Elle se propose donc de faire appel à des fictionnalisateurs de toutes sortes chargés d’élaborer des scénarios de catastrophes et d’actes terroristes mettant fin à la société telle que nous la connaissons. Rachat de la SNCF par le gouvernement chinois; guerre civile déclenchée par une émission de télévision ; épidémie meurtrière de témoins de Jéhovah…

La conférence fait alors place à une installation sonore : quatre des scénarios sont émis des quatre coins de la salle. Le spectateur peut alors choisir de les écouter séparément, ou de se laisser porter par le brouhaha paranoïaque créé par ces quatre lectures simultanées. Le but de cette installation est de créer une atmosphère de panique polyphonique.IMG_0851

Avec cette nouvelle forme, nous continuons d’explorer le rapport son/ théâtre, en l’intégrant cette fois-ci directement dans le propos. Cette conférence peut se penser comme une proposition en soi, ou incorporer dans une soirée de conférences polymédiatiques : Quel avenir pour notre époque ?

Nous imaginons également une forme performative autour de la lecture des 7 scénarios au total, qui seraient comme autant d’incarnations de futurs possibles ou d’univers  parallèles ; rendus concrets par la présence mécanique des différents narrateurs.